BILAN DE 5 ANS DE TRAVAIL EN FAVEUR DE L’APRON

96 vues

BILAN DE 5 ANS DE TRAVAIL EN FAVEUR DE L’APRON
 

Conservateurs, scientifiques, acteurs publics, collectivités locales, syndicats de rivière, fédérations de pêche... Plus de 70 personnes étaient présentes ce jour à Eurre dans la Drôme, pour la restitution du plan national d'actions en faveur de l'apron du Rhône (2012-2017).
 
Le bilan est globalement très positif. Au cours de ces cinq ans de travail :

l’apron a reconquis plus de 100 km de cours d’eau : sa présence est désormais attestée sur environ 360 km contre 240 km en 2012 et sa présence serait probable et à vérifier sur 200 km supplémentaire.
6 barrages et seuils ont été équipés de passes à poissons, sur la Durance (seuil de Salignac), la Loue (moulin de Bellerive), la Drôme (radiers des ponts de la D165 et la D125 et le seuil "SMARD") et sur l’Ardèche (seuil du Mas-neuf).
• Les techniques de reproduction artificielle ont nettement progressé et plus de 22000 juvéniles ont été relâchés avec succès dans la Drôme  dans le cadre d'opérations pilotes  (4000 alevins entre 2006 et 2012)
Des études inédites ont été conduites (ex : le barcoding alimentaire), ouvrant de nouvelles perspectives pour l’amélioration de la gestion des cours d’eau.


Trois bonnes raisons de s’intéresser à l’apron :

1. L'apron du Rhône est connu et reconnu comme une formidable espèce indicatrice de la fonctionnalité des cours d'eau : comme il a un besoin vital de milieux variés aux eaux claires et bien oxygénées, sa présence est un bon indicateur de la qualité de nos cours d’eau. Sa préservation constitue donc un levier d'actions important permettant l'amélioration générale du fonctionnement des cours d'eau.

2. Il s'agit d'une espèce emblématique du bassin rhodanien : l'apron du Rhône est la seule espèce piscicole endémique du bassin du Rhône gravement menacée d'extinction. Cela veut dire qu’elle est présente dans le bassin du Rhône mais… nulle part ailleurs dans le monde !

3. Sa conservation est une priorité nationale : l'apron du Rhône est en tête de liste des espèces menacées prioritaires de France métropolitaine pour l'action publique.

 

L’APRON DU RHONE, UN POISSON MENACÉ D’EXTINCTION

Petit poisson fort discret, l’apron du Rhône n’a guère suscité d’intérêt jusqu’aux années 90. Au contraire, la méconnaissance que nous en avions a davantage nourri méfiance et superstition. Pourtant, l’apron est porteur d’une très longue histoire. Aujourd’hui, espèce classée d’intérêt communautaire, sa disparition constituerait une perte pour la biodiversité. C’est pourquoi, depuis 1998, de nombreux partenaires techniques et financiers se mobilisent pour tenter de le sauver. En savoir plus : www.aprondurhone.fr

LE PLAN NATIONAL D’ACTIONS POUR L’APRON DU RHONE (PNA)

Après deux programmes européens « Life » de préservation de l’espèce, qui ont permis la mise en œuvre de nombreuses actions (connaissances, passes à poissons adaptées, sensibilisation du public…) et créé une dynamique au sein d’un réseau d’acteurs du bassin du Rhône, l’État français a poursuivi la mobilisation en faveur de l’apron avec la mise en œuvre d’un plan national d’actions sur 5 ans (2012-2017). Mis en place en 2012 et coordonné par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes, ce plan de préservation comprenait plus d'une trentaine d'actions visant à mieux connaître et faire connaître l'espèce, à surveiller les populations existantes et à améliorer leurs conditions de vie. Sous l'égide de la Direction régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement d’AuvergneRhône-Alpes, il a mobilisé de nombreux partenariats techniques et financiers sur l'ensemble du bassin rhodanien. Ceux-ci ont pu s’impliquer de manières diverses : • par la prise en charge et la mise en œuvre d’actions (Syndicats de rivières, collectivités, EDF, CNR…) ;

• par la mise à disposition de moyens humains et techniques (Office national de l’eau et des milieux aquatiques - Onema…) ;

• par leurs conseils scientifiques et techniques (Universitaires, Onema, Muséum de Besançon…).

En savoir plus : www.aprondurhone.fr

Source de l'article